jeudi 10 décembre 2015

un enfant de voyage ou pas ?

Nous avons trois enfants, et pas un qui voyage de la même manière... Mais je pense qu'ils sont tous les trois des enfants voyageurs... à leur manière. Alors sans prétendre à des recettes miracles, ou être dans la "vérité vraie", pour que les enfants voyagent facilement, voici nos pratiques.





Pour les bébé, rien de tel qu'une nacelle. Facile à placer sur la banquette arrière quand il n'y a qu'un enfant (voire deux). Mais c'est quand même le must : les bébés voyagent couchés, peuvent dormir, jouer. On peut les déplacer sans qu'ils ne s'en rendent compte...


Question timing du départ : n'importe quand après un repas. Notre aînée s'est faite balader, à quelques semaines, aux quatre coins de la France sans aucun problème. La voiture a ce pouvoir incroyable d'endormir la plupart des nourrissons, de calmer les maux de ventre, les hurlements...
Le petit dernier a pris le train en sortant de la maternité pour rentrer à la maison. J'étais un peu stressée qu'il hurle dans le wagon... mais rien du tout... il a dormi tout le trajet et s'est réveillé en arrivant pour téter !


Quand ils grandissent, la question du moment du départ est un peu plus à réfléchir.
Nous ne voyageons pas de nuit. Mais il paraît que ça fonctionne pas mal.

Par contre, nous partons soit le matin, juste après le petit déjeuner, soit en début d'après-midi pour la sieste.


L'avantage du matin, c'est que les trolls sont reposés, plus patients et intéressés. En général nous n'avons pas besoin de faire beaucoup de pauses "pipi" ou autres. Toutes nos occupations de voiture passent bien.
On s'arrête une bonne heure pour le déjeuner (on court, on joue, on fait les fous), et après c'est la sieste en voiture pour quelques heures.

Partir le matin permet aussi d'arriver avant que la journée ne soit terminée... on n'a pas l'impression de n'avoir fait que ça... et en arrivant on peut encore jouer dehors !

Sur nos trois enfants, deux dorment instantanément en voiture... l'aînée et le cadet... peu importe où ils se trouvent.
Pour celle du milieu ça a été un peu plus compliqué...

Quand elle était toute petite, elle pleurait beaucoup et nous l'avons moins promenée à gauche à droite, de peur qu'elle ne dorme pas (chose qui n'aurait rien changé puisque, de toutes manières, elle ne dormait  pas...). Il fallait aussi respecter son rythme (repas sieste (ou non sieste)) qui était complètement en décalage avec la première (2 ans et demi d'écart).
Résultat : elle avait plus de mal à dormir en voiture ou ailleurs...
Alors que le petit dernier s'est fait balader partout, à n'importe quel moment de la journée (comme l'aînée). Dans la poussette ou le cosy, il jouait, dormait, gazouillait...

Morale de l'histoire : Peu importe le moment de la journée où l'on décide de partir, les enfants s'adaptent bien et très facilement, pour peu qu'on leur en donne l'occasion et l'habitude. Les trajets peuvent être des moments de jeux, de repos ou d'apprentissages !